Pierre Mercier et Marguerite Lamain

Pierre Mercier et Marguerite Lamain

Voici un complément d’information au panneau descriptif que vous venez de viser avec votre téléphone.

 

La seigneurie de Neuville, à l’est de Québec, est mise en valeur par Jean-François Bourdon Dombourg. Parmi les premiers colons à s’y installer, en 1667, on retrouve Michel Rognon dit Laroche, un soldat démobilisé du régiment de Carignan. Son lot en bois debout couvre plus de deux arpents de front sur le fleuve Saint-Laurent par quarante arpents de profondeur. Trois ans plus tard, il marie Marguerite Lamain, une fille du Roy nouvellement arrivée en Nouvelle-France. Le couple est installé sur une terre qui, aujourd’hui, est partiellement occupée par le Marais Provancher.
Le couple est parent de six enfants âgés d’un an à 11 ans quand le père décède en 1684. À peine deux mois après le décès de son conjoint, Marguerite épouse en secondes noces le meunier Pierre Mercier arrivé à Québec dix neuf ans plus tôt à l’âge de 12 ans.
Ils occupent la demie de la terre laissée en héritage par le défunt et l’autre moitié donnée aux enfants du premier mariage. Cette situation ne sera pas sans provoquer de nombreux problèmes à la famille. Pour les enfants, leur portion de terre est trop petite pour y vivre et pour Pierre Mercier il devra louer et acheter des terres. Le couple devra faire des donations aux enfants en échange de leur part d’héritage.
Pierre louera d’abord la terre appartenant à son voisin Honoré Martel. À la fin de son bail de trois ans, en 1691, il loue la terre du domaine seigneurial de Nicolas Dupont de Neuville ainsi que le moulin à farine moyennant deux cent minots de blé. Au terme du bail de cinq ans, le meunier Pierre Mercier devient fermier. Aux six enfants du première mariage s’ajoutent huit autres enfants dont deux seulement survivront plus de deux ans. La lignée du couple compte environ 3% des Mercier d’Amérique du Nord, on les retrouve principalement dans la région de Québec, dans l’Assomption, dans l’Est ontarien et aux États-Unis.
Reconnaissance de l’Association des Mercier de l’Amérique du Nord
Le 19 août 2024